Carto-Interprétation

Nicolas Prudhomme 14 juin 2017 Commentaires fermés sur Carto-Interprétation
Carto-Interprétation

La carto-interprétation est l’analyse de la cartographie à des fins archéologiques. Elle tente de raisonner sur la morphologie du parcellaire.
Les principales sources documentaires sont les cartes de Cassini, les cartes d’Etat Major et les cartes de l’Institut Géographique National (IGN). Il n’est pas exclu de faire appel aux clichés photographiques qui ont permis de les réaliser (on parle alors de photo-interprétation).

CONTENU

Les cartes d’époque, malgré leur inexactitude permettent de retrouver des parcellaires ou des ruines aujourd’hui disparus.

Les cartes 3D à très grande échelle montrant le micro-relief peuvent être utilisées pour la cartointerprétation.

L’utilisation de photographies aériennes reste essentielle pour localiser certains types de parcellaires.

v

Typologie des formes recherchées


• Les réseaux quadrillés

Il s’agit de réseaux mis en place à l’époque de l’Âge du Fer et de la période romaine. Les découpages protohistoriques sont quadrangulaires mais gardent une certaine souplesse, qui tranche avec la régularité des centuriations romaines. Les limites des parcellaires s’adaptent au terrain. Les parcelles sont soient de grandes lanières allongées, soient des réseaux ressemblant à une marqueterie.

• Les centuriations romaines

Il s’agit de réseaux orthogonaux très rigides, dirigés selon un axe nord-sud sous formes de parcelles rectangulaires ou carrées. La mesure des côtés est de l’ordre de 10 à 25 actus (1 actus correspond à 120 pieds, soient 35,5m). Les centuries sont des modules de 20 x 20 actus (704 à 710m). Les premières centuriations apparaissent en Italie au IVe siècle et se développent à partir du IIIe siècle. Dans de nombreux cas, la centuriation correspond à une soustraction coloniale de terrain dans les provinces, destinée à des colons et à des vétérans des légions. Ces centuriations sont associées à la fondation de colonies ou de villes.

• Les parcellaires médiévaux

Les parcellaires médiévaux peuvent être radioconcentriques ou réguliers, délimités par des chemins parallèles, périodiques, d’orientation fixée, formant une trame ou un réseau. Ils sont liés à la création de villes franches, de bastides et de villeneuves. Il existe également des structurations en damier caractéristiques de la projection d’une vision urbaine sur la campagne. La structure en peigne correspond au découpage en lanières du parcellaire.
Les parcellaires radioconcentriques mettent en valeur des terrains initialement marécageux ou boisés. Ils traduisent aussi la mise en culture de parcelles à l’initiative individuelle, qui présentent une structure radiale caractéristique du Moyen Age, la trame radioconcentrique se polarisant sur l’habitat groupé. Les chemins convergeant vers le village, occupé en son centre par l’église, sont perpendiculaires aux rayons constitutifs du parcellaire.


 

 

 

Archeologie, Patrimoine, Culture et Civilisation, Médiation et Valorisation du Patrimoine, Techniques de l Archeologie en Europe