Gaule Romaine : Introduction

Nicolas Prudhomme 25 juillet 2017 Commentaires fermés sur Gaule Romaine : Introduction
Gaule Romaine : Introduction

L’Epoque Gallo-Romaine – 125 avant J.C. au Ve siècle après J.C

d

La conquête de la Gaule (125 à 51 avant J.C.)


La conquête de la Gaule commence en 125 et se continue jusqu’en 118, à la demande de Marseille, menacée par les Celto-Ligures et alliées des Romains. En 125, Rome annexe alors Entremont et fonde Aix (Aquae Sixtiae).

Domitius Ahenobarbus affronte les Allobroges et les Arvernes de 122 à 121 avant J.C. Il organise alors la province de Narbonnaise, fonde la colonie de Narbone (Narbo Martius) en 118 et réalise la voie Dominitia entre les Pyrénées et le Rhône.

CONTENU

Carte des provinces romaines après 51 avant J.C.

 

Le siège d’Alésia a mis fin à l’indépendance gauloise.

Statue de Vercingétorix à Alesia

Octave (statue posthume d’octave, dit Auguste, commémorant la remise à Tibère des enseignes prises aux légions de Crassius par le Roi des Parthes. L’empereur est représenté en imperator s’adressant aux soldats et au monde. On parle de prima porta)

Le trophée de la Turbie. Maquette de reconstitution)

Le trophée de la Turbie, état actuel, après restauration

D

A la Tène Finale, les Gaules n’ont aucune unité politique, religieuse ou militaire. La volonté de migration du peuple helvète pousse César à intervenir militairement en Gaule. La partie septentrionale se déroule de 58 à 56 : il vainc les Helvètes, les Suèves, les Belges et obtient le ralliement des tribus gauloises. En 56, César intervient dans la région Atlantique pour mater un soulèvement des Armoricains, des Vénétes et des Aquitains.
Après la conquête de la Bretagne (débarquement en 55 et 54) et le passage du Rhin (55), il entame la seconde conquête de la Gaule de 54 à 51. Il est opposé aux fédérations de tribus gauloises, regroupées derrière un chef arverne, Vercingétorix.

En 52 César prend Orléans (Genabum), Bourges (Avaricum), mais subit un échec devant Gergovie. En Septembre 52, il met le siège devant Alésia qui capitule. Vercingétorix est fait prisonnier et la Gaule Chevelue devient une province romaine.

 

Le Haut Empire


Octave, le petit neveu de César, devient son héritier. En Août 29, après avoir triomphé de ses rivaux, il est le maître du monde romain. En 27, il abdique de ses pouvoirs et le Sénat le nomme imperium proconsulaire sur les nouvelles provinces. Il est alors supérieur à tous les autres consuls. Il bénéficie ainsi de la puissance tributienne qui fait de lui un empereur. Un décret de 27 lui confère le surnom d’Auguste. En 2 avant J.C., le Sénat et le peuple lui décernent le titre de “père de la patrie”. Le régime instauré devient alors héréditaire. En 14 après J.C., après plusieurs déboires, il adopte Tibère qui marque le début des “julio-claudiens”. A partir de cette époque, le culte impérial est imposé.

Lyon est alors la capitale des Trois Gaules (Lyonnaise, Belgique et Aquitaine) et de la Narbonnaise. C’est le lieu du pouvoir politique et le siège du sanctuaire fédéral, dédié au dieu Lug. Le gendre d’Auguste, Agrippa, y est délégué pour repousser les invasions des Germains (38 à 36 avant J.C.) et mater les Aquitains. Son gendre Drusus obtient le commandement militaire de la Gaule en 12 avant J.C. Il s’installe sur la frontière rhénane pour protéger la région des incursions germaniques.

La frontière sud-est de la Narbonnaise ne devient sûre qu’après une longue guerre contre les peuples alpins (25 à 7 avant J.C.), victoire sanctifiée par le trophée de la Turbie (point le plus haut de la voie Iulia, portant le nom des 45 peuples soumis).

La Gaule voit la création de villes, le développement de la viticulture et de la culture de l’olivier en Narbonnaise, associé au développement d’ateliers artisanaux (céramique, métallurgie…) et de réseaux viaires.

 

L’intégration des Gaulois sous Claude


Claude né à Lyon en 12 après J.C. Il favorise le développement économique, l’intégration et l’assimilation des élites de la Gaule. Claude propose de rendre les Gaulois éligibles au Sénat, citant leur loyauté et passant sous silence les révoltes de Florus (et les Trévires) et Sacrovir (et les Eduens). Seuls les Eduens ont finalement eu le droit de siéger au Sénat.

 

Le Bas Empire et la crise du IIIe siècle


Initialement, il s’agit pour la Gaule de la menace des Germains le long du Rhin. Le limes, ensemble de fortins et de camps, est rapidement enfoncé, l es troupes romaines ne semblant pas adaptées à ce genre de combat. En 260, les Alamans pénètrent en Gaule et se dirigèrent vers l’Italie. Postume profite de la situation désorganisée pour se proclamer Auguste des Gaules. Une période d’anarchie militaire survient alors associée à d’autres crises dans le reste de l’empire romain. Les empereurs dictateurs se succèdent alors, tous finissant leur vie par une mort violente…

La crise économique et sociale suit : crise de la production due à l’épuisement des mines d’or et d’argent, exode rurale, fuite des esclaves, mauvais rendements agricoles, montée de l’insécurité et du brigandage, déflation de la monnaie.

L’Empire se réorganise au début du IIIe siècle. Mais les invasions se généralisent à partir de 352. Au IVe siècle, de nouvelles villes gauloises, anciens pagi de taille considérable, deviennent autonomes. L’Empire Romain s’écroule à la fin du IVe siècle.

Archeologie, Patrimoine, Culture et Civilisation, Médiation et Valorisation du Patrimoine, Techniques de l Archeologie en Europe